L’origine du tissu Kelsch remonterait au Moyen Age. Ce tissu noble à carreaux, aux couleurs vives et chatoyantes fait partie de notre patrimoine textile alsacien.

Composition

Il était principalement fait en lin ou en chanvre.
A partir du XXème siècle avec l’arrivée du coton il devient métis (lin/coton).

Couleurs

D’abord à carreaux écrus et bleus. La couleur bleue est liée à la culture du pastel notamment près de la ville de Köln en Allemagne : le « bleu de Cologne » est le colorant du kelsch au VIIIème siècle.
Puis au début du XVIIème siècle le pastel sera peu à peu remplacé par l’indigo, bleu plus intense et violacé importé des colonies.

C’est aussi à cette période que la famille Hoffmann fait fortune avec la garance (rouge mise en culture dans la région de Haguenau et exportée dans le monde entier. La garance a permis d’introduire le kelsch tricolore (écru/bleu/rouge).
Les types de carreaux variaient selon les régions, les tisserands et les familles. Beaucoup de fermes disposaient de leur propre métier à tisser. Le tissage apportait un travail saisonnier à domicile en hiver pour les paysans alsaciens.

Utilisation

Traditionnellement, ce textile était utilisé comme linge de lit (oreillers, édredons, ..) ou les rideaux d’alcôves.
Le tissu avait une valeur patrimoniale très importante car le linge était synonyme de richesse.
De nos jours, toutes les combinaisons de fils colorés sont possibles pour que le kelsch réponde à la créativité et à l’imagination des utilisateurs de plus en plus nombreux et à la recherche d’« l’authentique » pour le linge de maison ou la décoration intérieure.

Fabrication

Jusqu’en 2017, le kelsch artisanal alsacien était encore produit par deux artisans alsaciens, l’un à Muttersholtz (Bas-Rhin), l’autre à Sentheim (Haut-Rhin). Le décès de Michel GANDER de Muttersholtz a ébranlé le petit marché du kelsch. À l’atelier de Sentheim, pour le couple ABRAHAM, il n’est pas possible d’honorer toutes les commandes.

C’est entre-autre à Pia CLAUSS et à l’association Hélène de cœur de Seebach que le kelsch doit sa survie… , l’association confectionne et de nombreux articles en kelsch pour financer la recherche sur les morts subites non expliquées.
Entre-temps, Pia Clauss a développé sa propre marque « Kelsch d’Alsace in Seebach » et ouvert un magasin de confection et de vente à Seebach en 2017.

En savoir plus sur …